Chargement
Un instant

menu

Nouvelles et actualités

Vous trouverez ici les plus récentes informations, actualités, liens et autres communiqués reliés aux récentes activités de l'Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec.

Injonction contre Brigitte Bouchard, Mario Éthier et Jordan Éthier

publié par l'AOPQ

Le 19 juin 2018, la Cour supérieure du Québec, district de Terrebonne, a accueilli une demande d'injonction interlocutoire provisoire déposée par l'Ordre des podiatres du Québec et le Collège des médecins du Québec.

Au cours des dernières années, les défendeurs ont exercé dans différentes cliniques de soins du pied administrées par des membres de leur famille. En juin 2016, ils ont été déclarés coupables de chefs d’accusation pour avoir exercé illégalement des activités professionnelles réservées aux membres de l’Ordre des podiatres. Ils se sont engagés à ne plus poser de tels gestes. Par le passé, monsieur Mario Éthier, a même été déclaré coupable pour exercice illégal de la médecine.

Renseignements : Leslie Labranche
Relationniste de presse
Collège des médecins du Québec
Ligne médias : 514 933-4179
Courriel : media@cmq.org

20Juin, 2018

Gratuit à l’achat? La vérité sur les récompenses associées aux soins de santé

publié par l'AOPQ

Gratuit à l’achat? La vérité sur les récompenses associées aux soins de santé. Article rédigé par la Financière Sun Life.

Cet article a été initialement publié par Shelley Frohlich, directeur, gestion du risque de fraude, Financière Sun Life

La Financière Sun Life a récemment pris la décision audacieuse de radier les fournisseurs de soins de santé qui offrent des récompenses.

Les récompenses sont de plus en plus utilisées dans le secteur des soins de santé. Malheureusement, les participants qui profitent de ces «avantages» pourraient le faire aux dépens de leur régime de garanties. Certains fournisseurs d'articles médicaux feront miroiter des récompenses pour inciter les clients à acheter des produits et des services qui ne sont peut-être pas médicalement nécessaires.

En quoi consistent ces récompenses?

Imaginez que vous allez dans un magasin de chaussures pour acheter des orthèses, et que vous voyez une affiche promotionnelle offrant une paire de chaussures non orthopédiques, une remise en argent ou une carte-cadeau d'un autre détaillant à l'achat d'orthèses.

Un vendeur vous aborde pour vous parler de la couverture supplémentaire que votre régime de garanties pourrait comporter, de la façon dont vous pourriez en profiter, et des promotions offertes en magasin. Ça a l'air intéressant, n'est-ce pas? En réalité, des promotions du genre sont considérées comme des utilisations abusives du régime de garanties et peuvent coûter cher à une organisation en faisant augmenter les coûts, ce qui au bout du compte peut faire augmenter les primes associées au régime.

Radiation de fournisseurs

Pour mieux protéger les régimes de garanties, la Financière Sun Life doit refuser de traiter et de rembourser les demandes de règlement provenant de fournisseurs de soins de santé, de cliniques, d'établissements ou de fournisseurs d'articles médicaux particuliers.

La Financière Sun Life peut radier des fournisseurs et des établissements pour diverses raisons, notamment l'offre de récompenses. Les récompenses sont considérées comme des utilisations abusives du régime de garanties, car elles sont souvent financées en augmentant le coût des articles médicaux couverts par le régime.

La fraude et les abus liés aux garanties collectives coûtent des milliards de dollars aux employeurs canadiens chaque année et peuvent donc avoir une incidence directe sur la couverture dont bénéficient des millions de Canadiens au titre de leur régime. La fraude et les abus peuvent faire augmenter les coûts liés aux régimes de garanties collectives et entraîner une hausse des primes pour le participant et l'employeur. Afin de limiter les hausses de coûts, les organisations pourraient donc décider de restreindre l'éventail des produits et services couverts par le régime.

Pour protéger l'intégrité du régime, la Financière Sun Life effectue des enquêtes et radie les fournisseurs qui offrent ces récompenses. Parfois, certains professionnels réglementés ne peuvent pas offrir ce genre de récompenses en vertu de leur code de déontologie.

Comment éviter les fournisseurs qui offrent ces récompenses?

Les participants des régimes doivent éviter les offres spéciales en n'achetant pas d'équipement ou d'articles médicaux auprès de fournisseurs qui offrent des produits gratuits, des remises en argent ou des cartes-cadeaux à l'achat d'un produit ou d'un service de nature médicale couvert par le régime. Les offres de ce genre peuvent indiquer que le fournisseur n'a pas les intérêts du participant à cœur. Celui-ci pourrait essayer de vendre des produits qui ne sont pas médicalement nécessaires. Les participants devraient également mettre en question les fournisseurs qui recommandent des produits et des services supplémentaires simplement parce qu'ils sont couverts par leur régime ou pour leur permettre d'obtenir des «produits gratuits».

N'achetez pas d'articles médicaux auprès de fournisseurs qui offrent des récompenses de nature non médicale. Certains fournisseurs peuvent vendre des produits de qualité inférieure ou augmenter le prix de leurs marchandises pour compenser le coût des articles gratuits ou en rabais. Rappelez-vous que les produits offerts gratuitement ne sont pas tous considérés comme des utilisations abusives du régime de garanties, par exemple un sac fourre-tout gratuit à l'achat de chaussures orthopédiques. En fin de compte, si l'offre vous semble trop belle pour être vraie, c'est probablement le cas! Les participants ne devraient pas hésiter à mettre en question leur fournisseur de services.

La Financière Sun Life a mis sur pied un programme antifraude complet, comprenant des mesures de prévention, de détection et d'enquête, et applique des principes de tolérance zéro à l'égard de la fraude. Nous continuons à investir dans des technologies et des ressources de lutte contre la fraude afin de protéger les régimes de garanties collectives.

L'approche de la Financière Sun Life en matière de radiation vise à préserver l'intégrité des régimes de garanties collectives en prenant des mesures rapidement pour contrer les menaces de fraude et d'abus. La stratégie de radiation axée sur le renseignement que la Financière Sun Life a adoptée pour lutter contre la fraude et les abus des garanties est considérée comme un atout important dans l'industrie.

Sources: Financière Sun Life



 

24Oct, 2017

Communiqué de presse de l'AOPQ

publié par l'AOPQ

Magog, 23 août 2016 – Le Collège des médecins et l’Ordre des podiatres du Québec ont déposé 78 accusations contre la Clinique du pied MD (Montréal, Québec, Saint-Jérôme et Longueuil). Particulièrement envers André Duchesneau, président de la clinique, Simon Michaud, Joanie Lafrenière et Stéphane Deslauriers, kinésiologues, non-membres de la Fédération des kinésiologues du Québec (FKQ). Ce sont des accusations d’exercice illégal de la médecine ou de la podiatrie qui ont été déposées.
 
Depuis 2014, la direction générale de l’Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec (AOPQ) travaille en étroite collaboration avec le Collège des médecins ainsi que le comité de gestion de plaintes de la FKQ afin d’analyser les plaintes de patients. Les dossiers ont permis de constater que les individus (Michaud, Lafrenière et Deslauriers) n’étaient ni des orthésistes-prothésistes membres de l’AOPQ, ni des membres de la FKQ. Ils n’avaient pas les compétences pour poser ces actes.
 
La Clinique du pied MD, qui apparaît également au registre des entreprises sous le nom « Clinique du pied CDP », offre ses services dans 30 succursales au Québec.
 
Le kinésiologue est un professionnel de la santé, spécialiste de l'activité physique, qui utilise le mouvement à des fins de prévention, de traitement et de performance. Il n’a pas la formation nécessaire pour poser des diagnostics médicaux ou déterminer des traitements médicaux, ou encore poser des gestes réservés à la profession de podiatre ou à la profession d’orthésiste-prothésiste.
 
L’orthésiste-prothésiste est le professionnel de la santé qui a la compétence pour effectuer une évaluation biomécanique du corps, détermine, conçoit, fabrique, sous ordonnance médicale, répare et ajuste tout type d’appareillage orthopédique (orthèse du pied, orthèse et prothèse).
 
L’AOPQ rappelle l’importance de consulter des orthésistes-prothésistes membres de l’Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec.
 

-30-
 

Source :
Christiane Ouellette
Directrice, secrétaire générale
Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec
c.ouellette@aopq.ca
514-396-9303

Communiqué de presse AOPQ

18août, 2016

Communiqué de presse

publié par l'AOPQ

 Magog, 20 avril 2017 – La Clinique du Pied de Québec (Orthésistes du Pied de Québec) et Monsieur Richard Ostiguy ont été reconnus coupables de plusieurs chefs d’accusations (exercice illégale de la médecine) déposés par le Collège des médecins du Québec.
 
L’Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec (AOPQ) informe la population que ni Monsieur Richard Ostiguy ni la Clinique du pied de Québec (Orthésistes du Pied de Québec) n’étaient membres en règle de l’AOPQ ou de l’Ordre des technologues professionnels du Québec (OTPQ). En effet, tous les membres de l’AOPQ sont obligatoirement membres de l’OTPQ.
 
Par ailleurs, depuis le règlement(1) de septembre 2013 adopté par le Collège des médecins du Québec, tout orthésiste-prothésiste doit être membre en règle de l’OTPQ pour pratiquer en vertu de ce règlement.
 
L’AOPQ recommande au public de s’assurer que les services professionnels rendus le sont par un orthésiste-prothésiste qui est membre de l’OTPQ.  Il est possible de vérifier directement en ligne à www.otpq.qc.ca, bottin des membres, ou par téléphone au 514 845-3247 et par la ligne sans frais au 1 800 561-3459.
 
L’AOPQ rappelle l’importance de consulter des orthésistes-prothésistes membres de l’Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec et de l’Ordre des technologues professionnels du Québec. Conformément à la Loi(2), l’orthésiste-prothésiste (technologue professionnel) ne peut poser un diagnostic ou déterminer le traitement médical. Seul le médecin est autorisé à le faire.

1. Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées en orthopédie par des personnes autres que des médecins.

2. Projet de loi no 90, Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé.

-30-
Source :
Christiane Ouellette
Directrice, secrétaire générale
Association des Orthésistes et des Prothésistes du Québec
c.ouellette@aopq.ca
514-396-9303

Cliquez ici pour télécharger le communiqué de presse
 

20avril 2017